Introduction

Les vaccinations sont les armes les plus efficaces de la prévention contre les maladies infectieuses.

Elles ont contribué au recul de nombreuses maladies infectieuses (variole…).

Histoire de la vaccination :

  • XVIIe siècle :
    • Importante épidémie de variole.
    • Pour s’en prémunir : dépôt de pus ou squames varioliques sur la muqueuse nasale des enfants (en Chine).
  • XVIIIe siècle :
    • Edward Jenner (1749-1823) découvre que le pus de la vaccine introduit par scarification dans l’organisme humain le protège de la variole.
  • XIXe siècle :
    • En 1879, Pasteur découvre que l’inoculation de vieilles cultures de la bactérie du choléra à des poules, les rend malades mais ne les tuent pas, même après inoculation de germes ‘frais’
    • C’est en 1885, qu’il prépare avec succès le premier vaccin humain à virulence atténuée contre la rage.
  • XXe et XXIe siècles :
    • 1921 : vaccin BCG contre la tuberculose
    • 1923-1924 : le vaccin contre la diphtérie et le tétanos
    • 1927 : un vaccin contre la fièvre jaune
    • 1954 : un vaccin contre la poliomyélite

 

La vaccination

1) Le principe

Mise en contact de l’organisme avec une préparation antigénique (vaccin) afin qu’il développe des anticorps spécifiques à l’antigène.

Principe de la vaccination : « des virus affaiblis ayant le caractère de ne jamais tuer, de donner une maladie bénigne qui préserve de la maladie mortelle » Pasteur

2) Le but

  • Le but des vaccinations est de provoquer une réaction immunitaire.
  • La vaccination réalise une immunprophylaxie active.
  • Elle attribue au sujet une protection durable mais différée.

3) Définition

Le vaccin est une préparation antigénique immunisant contre un agent infectieux spécifique, permettant de prévenir une infection par ce même agent en stimulant l’immunité de la personne à qui il est administré.

La vaccination est l’administration d’un vaccin, soit pour protéger l’organisme contre une maladie déterminée, soit pour combattre une maladie en cours en augmentant la résistance de l’organisme.

4) Les différents types de vaccins

a)      Vaccins vivants atténués

  • Une souche vivante atténuée conserve les propriétés immunogènes de l’agent infectieux mais elle a perdu l’essentiel de son pouvoir pathogène.
  • Une dose unique est généralement utilisée
    • vaccins vivants bactériens : BCG
    • vaccins vivants viraux atténués : ROR (rougeole oreillon rubéole), Polio (oral), fièvre jaune

b)      Vaccins inertes

Ils sont dépourvus de tous pouvoirs infectants, mais capables de provoquer après plusieurs doses successives une réponse immunitaire protectrice.

  • Vaccins inactivés complets, ils contiennent dans leur totalité les corps bactériens et les particules virales inactivés
    • vaccins inertes bactériens complets : coqueluche, leptospirose
    • vaccins inertes viraux complets : rage, grippe, polio (injectable)
  • Des fractions antigéniques ou sous unités vaccinantes comme les anatoxines, les polysaccharides, qui ont gardé les propriétés antigéniques qui ont perdu le pouvoir pathogène par inactivation : chaleur ou formol
    • vaccins inertes bactériens fractionnés
      • anatoxine : tétanos, diphtérie
      • polysaccharide : typhoïde, méningocoques A, C
    • vaccins inertes viraux fractionnés
      • hépatite B

5) Les mécanismes de réponse

Il y a deux étapes successives :

  • Le premier contact avec l’antigène est suivi d’une réponse primaire caractérisée par une ascension différée et lente des anticorps.
  • Tout contact ultérieur avec le même antigène induira une réponse secondaire (ou anamnestique) mettant en œuvre la mémoire immunologique caractérisée par une ascension rapide, en quelques jours, importante et durable des anticorps protecteurs.
  • Primo vaccination : 2 à 3 doses successives à 4 semaines d’intervalle
  • Entretien de l’immunité : rappels périodiques (5 à 10 ans)

Les antigènes polysaccharidiques (pneumo. Méningo A-C)

  • Ils sont capables d’activer les lymphocytes B directement. Il n’y a pas de réaction anamnestique, la réponse immunitaire est uniquement de type primaire.

Les vaccins vivants

  • Du fait qu’ils se multiplient et diffusent habituellement dans l’organisme, ils induisent après une dose unique, une protection immunitaire accélérée (2 semaines à peine) et prolongée.

6) Les facteurs influençant la réponse immunitaire

  • L’âge
  • Les déficits immunitaires (congénitaux ou acquis)
  • Les facteurs génétiques

7) Les effets indésirables

Les complications et réactions consécutives aux :

  • vaccins vivants : retardées, de nature généralement infectieuse
  • vaccins inertes : précoces, relevant d’une hypersensibilité parfois effets toxiques (choc anaphylactique, urticaire, convulsion associé à une hyperthermie, encéphalopathie)
  • prévention par traitement antihistaminique pour les vaccins inertes
  • prévention par traitement antipyrétique pour les vaccins vivants

Les réactions mineures relativement fréquentes :

  • réactions locales ou régionales : inflammation, douleur, induration (nodule, adénite)
  • réactions générales : syndrome fébrile, céphalée, douleurs diffuses…

Les accidents rares

  • choc, convulsions (1 cas sur 2000 vaccinations coqueluche)
  • paralysie (1 cas sur 3,2 millions)
  • pour l’hépatite B, il est recommandé de ne pas vacciner les personnes qui ont des antécédents personnels ou familiaux de sclérose en plaques.

8) Les contre-indications

  • La circulaire du 8 avril 1997 n° 97/267 régit les contre-indications aux vaccinations.
  • Les contre-indications à retenir sont celles explicitées dans l’AMM de chacun des vaccins. Elles sont régulièrement mises à jour en fonction des données de pharmacovigilance. Consulter le Vidal.

9) La technique

Acte relevant de l’art.6 du décret du 29 juillet 2004

Conservation et reconstitution : maintenir la chaîne de froid si nécessaire

Inoculation : sur prescription après examen et interrogatoire médical. Se fait par voie parentérale.

Intervalles : entre plusieurs infections d’un même vaccin : 4 semaines. Puis respecter le calendrier vaccinal

Procédure :

  • vérifier la prescription
  • interroger le patient (fièvre, allergie, grossesse, vaccins antérieurs…)
  • expliquer le soin et les effets secondaires possibles
  • vérifier le nom du vaccin, l’intégrité de l’emballage, la date de péremption
  • lire la notice, respecter la voie d’administration
  • noter l’administration
    • type de vaccin
    • n° de lot, fabricant, la dose
    • le siège de l’inoculation, la date sur le carnet de santé ou de vaccination

 

La sérothérapie

1)     Définition

C’est une méthode d’immunité passive. Elle consiste à administrer directement :

  • des anticorps purifiés
  • un sérum riche en anticorps

Elle augmente les capacités de défense du sujet contre cette maladie ou elle la traite.

2)     Leur origine

Les sérums sont d’origine :

  • animale le plus souvent
  • humaine (sérum de convalescents)

Les anticorps purifiés sont d’origine humaine.

3)     Les 2 types d’immunoglobulines (Ig)

Immunoglobulines non spécifiques

Elles sont efficaces dans :

  • prévention des infections récidivantes dans les déficits immunitaires
  • purpura thrombopénique idiopathique
  • l’érythroblastopénie, le syndrome de Kawasaki (atteinte du nouveau né) et de Guillain-Barré

Immunoglobulines spécifiques

  • Utilisées à titre préventif pour le tétanos, hépatite B, rage et associées à la vaccination
  • Elles peuvent être utilisées seules dans le traitement curatif du tétanos et de la diphtérie.

4)      Le sérum

L’utilisation des sérums est de plus en plus remplacée par celle des immunoglobulines lorsqu’elles existent afin de limiter les réactions locales et générales.

Les principaux sérums utilisés :

  • antitétanique purifié
  • antidiphtérique purifié
  • antibotulinique
  • antirabique

 Les indications sont à titre préventif, quand la période d’incubation de la maladie infectieuse est trop courte pour qu’une vaccination puisse être mise en œuvre (séroprevention).

5)  Procédure

a) Quand faire du sérum ?

  • après blessure, piqûre ou morsure suspecte
  • dès l’apparition des premiers symptômes de la maladie

b) Comment injecter ?

  • par voie parentérale (tout autre voie que la voie digestive) SC, IM, IV
  • se référer au mode d’administration du produit (IM : Ig ATTétanique)

c) Conservation

Lire la notice et conserver au froid et au propre.

6)  Effets indésirables et prévention

  • Précoces :Retardés dans les 24 h : œdème
    • réaction allergique locale au site de l’injection
    • choc anaphylactique dans les 30mn
  • Tardifs 6 à 10 jours : arthralgies, adénopathie, urticaire
  • Prévention des complications :
    • précoces et retardés : méthode de Besredka (fractionnement et étalement de l’injection dans le temps)
    • tardifs : corticoïdes

 

Conclusion

L’immunité active (vaccin) et passive (sérum) peuvent être associées.

La vaccination prend le relais de la sérothérapie lorsque les effets de celle-ci tendent à disparaître.

 

J’espère que vous avez trouvé ce cours intéressant ! N’hésitez pas à le partager ou à me laisser un commentaire !