Définition

Défense contre les micro-organismes.

Propriété d’un organisme qui se défend efficacement contre les éléments susceptibles de l’agresser. Ils vont faire appel à des mécanismes de reconnaissance et des moyens de lutte qui vont être approprié.

L’élément agresseur est l’antigène (Ag).

On va avoir deux mécanismes qui vont travailler ensemble :

  • immunité non spécifique
  • immunité spécifique

 

IMMUNITÉ NON SPÉCIFIQUE

Ne vise pas un Antigène particulier

Elle est primitive, permanente, de faible intensité et d’efficacité moyenne parce qu’elle ne cible pas l’agresseur.

Elle mobilise :

  • des processus cellulaires :

                     ◊ les barrières cutanéo-muqueuses

                     ◊ la phagocytose (par les globules blancs)

  • des processus humoraux (moins nombreux) :
    • lysozyme (enzyme bactéricide présente dans les larmes et le lait maternel)
    • interféron (petites protéines qui ont une activité anti-virale, on s’en sert notamment dans les traitements des hépatites)
    • complément (il a plusieurs rôles : il favorise le chimiotactisme,  favorise la vasodilatation, il joue sur la perméabilité de la paroi des capillaires, il favorise l’attirance et l’adhérence de la bactérie sur les globules blancs (phagocytose)).

Réaction inflammatoire : processus de défense cellulaire et humorale local.

Facteurs favorisants cette réaction inflammatoire :

  • la vasodilatation
  • la modification de la perméabilité vasculaire
  • la diapédèse (passage des globules blancs du milieu sanguin vers le milieu tissulaire, la zone lésée)
  • les monocytes (du sang au tissu se transformant en macrophage)

Signes locaux de la réaction inflammatoire :

  • rougeur (vasodilatation)
  • chaleur (vasodilatation)
  • douleur (due à l’action de certains médiateurs chimique et l’oppression des terminaisons nerveuses)
  • œdème (du à ce passage du milieu sanguin au niveau tissulaire, extravasation, augmentation de la perméabilité capillaire)

 

IMMUNITÉ SPÉCIFIQUE

1) Définition

Elle reconnaît l’agresseur (l’Ag) et met en route des mécanismes de défense.

  • Immunité naturelle
    • active : par la maladie
    • passive : passage transplacentaire (fœtus)
  • Immunité induite 
    • active : vaccin
    • passive : sérothérapie

2) Les lymphocytes

Elles constituent une véritable surveillance immunitaire de l’organisme par voie sanguine ou par voie lymphatique.

Les lymphocytes B apportent la réponse immunité humorale.

Les lymphocytes T apportent la réponse immunité cellulaire.

Reconnaissance de l’Ag : première étape

Réponse des lymphocytes : 2ème étape

  • réponse humorale par les lymphocytes B, il secrète des anticorps spécifique de l’antigène.
  • réponse cellulaire par les lymphocytes T, il se divise en cellules capable de lutter contre l’antigène.

Lors de la 1ère stimulation par un Ag : réponse primaire, l’organisme fabrique des anticorps : IgG, IgM.

Lors du 2ème contact avec cet Ag : réponse secondaire, seules les IgG sont présentes.

Le complément est activé par la rencontre Antigène – Anticorps.

 

J’espère que vous avez trouvé ce cours intéressant ! N’hésitez pas à le partager ou à me laisser un commentaire !