Définition : C’est l’opération permettant d’éliminer ou de tuer les micro-organismes portés par des milieux inertes contaminés.

« On ne stérilise bien que ce qui est propre et sec »

 

Objectifs :

  • Inactivation des micro-organismes
  • Lavage du dispositif médical
  • Élimination des micro-organismes
  • Maintien de l’état stérile

 

Moyens de stérilisation :

  • L’Oxyde d’éthylène : C’est un procédé très efficace qui agit sur les acides nucléiques des micro-organismes. Il est utilisable pour le matériel thermo-sensible car la température du cycle est comprise entre 40 et 55°
    Cependant il faut un appareillage et un environnement particulier et assez complexe, ce qui en limite l’utilisation.
    L’oxyde d’éthylène est un gaz spontanément inflammable et comporte des risques d’explosion. De plus il est toxique c’est pourquoi il faut un temps de désorption (évacuation du gaz sous une température élevée) qui peut aller jusqu’à 20 jours (notamment pour le caoutchouc et le PVC qui retiennent l’oxyde d’éthylène).
  • Les Radiations ionisantes : Les rayons ionisants entraînent une ionisation des protéines et des lésions de l’ADN qui ont un effet létal très rapide pour les bactéries.
    Deux types de rayons sont utilisés : les rayons gamma et les faisceaux d’électrons (accélérés par un générateur électrique).
    On peut, par ce procédé stériliser en continu de gros volume, mais le coût et la complexité de l’installation, le fait réserver à l’industrie, essentiellement pour le matériel à usage unique.
  • Le Gaz plasma : C’est un procédé innovant utilisant le péroxyde d’hydrogène (H2O2) à basse température. Dans un vide poussé il est transformé en plasma par un champ éléctro-magnétique générant outre des ions et des électrons libres, de nombreux radicaux libres ( HO-, H O2) à très forte activité sporicide, et bactéricideCependant ce procédé a de nombreuses limitations :
    • Il faut un conditionnement spécial car la cellulose (papier) absorbe le peroxyde d’hydrogène rendant le procédé inefficace.
    • Il en est de même de l’humidité et le matériel doit être parfaitement séché.
    • Enfin le plasma diffuse mal dans les cavités creuses de petit diamètre (comme les canaux opérateurs des fibroscopes) ou de grande longueur.
    • Mais son inconvénient majeur, dans le cadre actuel, est son absence d’action sur le prion.
  • La chaleur sèche (Poupinel) : Elle s’obtient dans un four : le Poupinel
    Elle est cependant moins efficace que la chaleur humide, car sa diffusion se fait moins bien et il faut globalement des températures plus élevées et des temps d’exposition plus longs. Il faut par exemple pour atteindre l’état stérile :
    1 heure à 170°
    2 heures à 160°
    24 heures à 125 °Le Poupinel a beaucoup d’inconvénients :
    • Les objets à stériliser sont placés dans une enceinte contenant de l’air, mais l’air est mauvais conducteur de la chaleur.
    • Les charges sont inhomogènes, avec des métaux différents,qui conduiront différemment la chaleur.
    On tente de pallier ces deux inconvénients par des systèmes de ventilateurs intégrés mais les résultats restent aléatoires, et l’on a pu mettre en évidence des différences de 30° entre deux zones de l’enceinte.
    • De plus les températures supérieures à 150° détrempent le matériel en acier et abîment considérablement les objets piquants ou tranchants.
    • Enfin les temps d’exposition sont plus longs car la montée en température est lente.La garantie de stérilité n’est pas suffisante : Le Poupinel doit disparaître.
  • La chaleur humide (autoclave) : Elle est obtenue dans l’autoclave. C’est le procédé de référence.
    Le principe en est simple : obtenir de la vapeur d’eau en faisant bouillir de l’eau dans une enceinte fermée, sous pression pour augmenter la température de la vapeur.
    Il faut en effet atteindre la température de 134° et la maintenir au moins 18 minutes pour inactiver le prion, tout en détruisant les autres germes.
    La vapeur d’eau va agir en hydrolysant la coque bactérienne, mais pour cela il faut qu’elle arrive à son contact.
    C’est le procédé le plus sûr et le plus pratiqué, probablement le plus économique.
    Le matériel est mis dans l’autoclave conditionné dans des boites ou emballé dans des sachets. Il faut donc un conditionnement adapté pour que la vapeur pénètre et arrive au contact du matériel.

 

Les Grandes étapes de la stérilisation :

  • La Décontamination ou Pré-désinfection :

Trempage du matériel dans une solution détergente en récipient étanche.

  • Le Lavage : En machine ou manuellement pour les matériaux fragiles.
  • Le Séchage
  • La Vérification , tri, contrôle : L’objectif de cette étape est de vérifier la propreté macroscopique du produit, son intégrité fonctionnelle, de déterminer le type de conditionnement et de stérilisation à mettre en oeuvre. Le risque est de laisser dans le circuit un dispositif médical souillé ou abîmé.
  • Le Conditionnement : C’est-à-dire rangement du matériel dans des conteneurs ou dans des sachets poreux laissant passer uniquement la vapeur
    Il est essentiel que le contenu des boîtes d’instruments soit identifié, car une fois les boîtes fermées, on ne peut plus connaître leur contenu. Il faut donc noter sur un cahier le contenu précis de chaque boîte et le respecter.
  • L’Autoclavage proprement dit 134° pendant 18 minutes
  • La Libération : Comprend le déchargement de l’autoclave, le contrôle de son bon fonctionnement et le contrôle de la charge stérilisée.
  • La Livraison : C’est l’acheminement des produits stérilisés vers le lieu de stockage en prenant soin de ne pas détériorer les emballages.
  • Le Stockage
  • L’Utilisation

 

Source : www.urofrance.org/science-et-recherche/base-bibliographique/article/html/sterilisation-et-desinfection-des-instruments-iii-la-sterilisation.html

 

J’espère que vous avez trouvé ce cours intéressant ! N’hésitez pas à le partager ou à me laisser un commentaire !