Définition : méthode de mesure non invasive (non traumatique) permettant de quantifier la saturation en oxygène de l’hémoglobine au niveau des capillaires sanguins.

 

Physiologie : Le corps humain a besoin d’oxygène afin d’assurer son fonctionnement normal. Mais il ne suffit pas d’avoir un bon système d’échange au niveau des poumons pour que les cellules reçoivent l’oxygène dont elles ont besoin. Il faut également un système de transport pour l’amener à bon port. Ce rôle de transport est dévolu aux globules rouges, qui représentent les éléments les plus nombreux dans le plasma sanguin. Ils sont composés à 33% par une protéine appelée hémoglobine.

Chaque molécule d’hémoglobine porte quatre atomes de fer, qui peuvent chacun se lier à une molécule d’oxygène.

Lorsque l’oxygène se lie au fer, le globule rouge est « chargé » en oxygène et prend une couleur rouge vif. On parle d’oxyhémoglobine.

Une fois que la « livraison » d’oxygène a été effectuée aux tissus, le globule rouge est quasi déchargé de son oxygène et on parle alors de déoxyhémoglobine.

En résumé, les globules rouges sont les bus qui vont transporter l’oxygène à bon port. Le saturomètre est l’appareil qui va servir à mesurer le taux de remplissage de ces bus et donc l’oxygénation adéquate des tissus.

Il y a deux abréviations à ne pas confondre :

  • SpO2 : C’est la saturation de l’hémoglobine en oxygène par oxymétrie de pouls. Le « p » signifie saturation pulsée.
  • SaO2 : Mesure de la saturation de l’hémoglobine par prélèvement de sang artériel. Cette seconde technique nécessite un acte pratiqué par un médecin ou un infirmier. C’est à l’heure actuelle la seule technique qui permet une mesure fiable et définitive des gaz du sang.

Les valeurs de ces mesures s’expriment en pourcentage.

 

Objectifs :

  • Obtenir une valeur pour estimer l’état d’oxygénation des tissus.
  • Détecter et intervenir rapidement en fonction des changements de la saturation.
  • Evaluer la réponse aux changements de concentration d’oxygène, aux changements de mode d’oxygénation et aux impacts des activités et des traitements effectués.

 

Matériel :

  • Un appareil de mesure appelé saturomètre
  • Un capteur en forme de pince-doigtier ou de bande autocollante (surtout utilisée en pédiatrie)

 

Fonctionnement du saturomètre :

Il est constitué d’un capteur, lui même formé d’une source lumineuse rouge et d’un capteur de lumière (sous forme de pince ou d’adhésif), relié à un boîtier analyseur. On place un doigt ou le lobe de l’oreille entre la source de lumière rouge et le capteur qui analyse la quantité de lumière transmise.

Un sang riche en oxygène (par exemple artériel) est plus rouge qu’un sang pauvre en cette molécule et c’est cette différence qui est quantifiée, permettant de déterminer la saturation en oxygène.

 

Positionnement du saturomètre :

Il est mis le plus souvent à un doigt (de main ou de pied) ou au lobe de l’oreille.

Oxymetre_doigt
formationambulancier.fr

 

Technique et éléments de surveillance :

  • Se laver les mains avant et après le soin
  • Matériel décontaminé
  • Enlever le vernis sur les ongles et les faux ongles car le résultat peut être faussé.
  • Installer le capteur de préférence sur les doigts ou les orteils mais non sur le pouce ou le gros orteil.
  • Positionner le capteur de manière à ce que la lumière soit sur le dessus de l’ongle et le photo-détecteur en dessous du doigt ou de l’orteil.
  • Réchauffer les extrémités des membres, s’il y a lieu, afin d’obtenir un meilleur signal de la pulsation.
  • Réduire l’éclairage, car une lumière trop forte fausse le signal
  • Vérifier régulièrement l’intégrité de la peau et changer le site du capteur si besoin
  • Tenir compte des situations qui risquent de modifier le résultat : baisse de l’hémoglobine, hypoperfusion périphérique, médicaments vasoconstricteurs (adrénaline), hypovolémie, hypothermie, agitation.
  • Débuter l’oxygénothérapie lorsque la valeur est inférieure à 92% ou à la valeur indiquée par le médecin.
  • Evaluer l’état global du patient pour rechercher et corriger la cause probable d’une baisse de la saturation (encombrement, obstruction voies aériennes, position)

 

Précautions d’emploi :

Cette mesure peut être faussée par la présence de vernis à ongles, par la couleur naturelle de la peau, par l’emploi de colorants (bleu de méthylène) ainsi que par la température extérieure.

Sa précision est moindre lorsque la saturation est inférieure à 80 %. Les données peuvent être faussées en cas d’intoxication au monoxyde de carbone et en cas de certaines anomalies de l’hémoglobine comme la méthémoglobinémie. Si le débit sanguin est insuffisant (vasoconstriction, collapsus) les données ne sont plus fiables mais ce fait est suspecté sur l’absence de courbe correcte d’oxymétrie.

Un mouvement au niveau de la sonde peut conduire à des artéfacts.

En cas d’anémie importante, la saturation en oxygène reste normale mais le déficit en hémoglobine ne parvient pas à apporter une quantité suffisance d’oxygène aux tissus, entraînant une hypoxie de ces derniers.

 

Source

http://wwwold.chumontpellier.fr/publication/inter_pub/R290/A11207/PARAMETRESVITAUX.pdf

http://fr.wikipedia.org/wiki/Oxym%C3%A9trie_colorim%C3%A9trique

http://www.infirmiers.com/etudiants-en-ifsi/cours/la-saturation-pulsee-en-oxygene.html

 

J’espère que vous avez trouvé ce cours intéressant ! N’hésitez pas à le partager ou à me laisser un commentaire !