L’insuline

Indications de l’insulinothérapie

  • Diabète de type 1
  • Grossesse, allaitement
  • Affections intercurrentes
  • Contre-indications au traitement oral
  • Chirurgie
  • Diabète de type 2 déséquilibré sous traitement oral optimal

Risques de l’insulinothérapie

  • Les accidents hypoglycémiques
  • Les lipodystrophies
  • Allergies (très rare)
  • Aggravation d’une rétinopathie

 

Les différentes insulines

Les insulines se différencient :

  • Par leur durée d’action

∗ rapide et brève

             ∗ intermédiaire

             ∗ lente et prolongée

             ∗ mélangée

  • Par leur présentation :

 ∗ Flacon pour seringue ou pour pompe

             ∗ Cartouche pour stylo injecteur

             ∗ Stylo pré-rempli

  • Par leur fabrication

∗ Génie génétique

             ∗ Analogue de l’insuline humaine

 

Classification des insulines

  • Analogue rapide
  • Insuline rapide
  • Insulines d’action intermédiaire
  • Mélanges fixes avec insulines rapides
  • Mélanges fixes avec analogues de l’insuline
  • Analogue lente
  • Insuline pour pompe

 

Les insulines rapides

  • Rapides classiques : Actrapid®, umuline rapid®, insuman rapid®
  • Analogues rapides : Novorapid®, humalog®, apidra®

Les insulines intermédiaires

  • Insulatard NPH®
  • Umuline NPH®
  • Insuman NPH®

Les insulines mélangées fixes

  • Analogues rapides + NPH : Novomix®, Humalog mix®
  • Insuline rapide + NPH : Umuline Profil®, Insuman Comb®

Les analogues lents

  • Lantus®
  • Levemir®

 

L’injection d’insuline

Pour un bon contrôle glycémique, la technique correcte d’injection est aussi importante que le type et la dose d’insuline délivrée.

Aiguilles pour stylo

Le choix se fait en fonction :

  • du patient : sexe, âge, indice de masse corporelle
  • de la quantité d’insuline et de la nature de l’insuline

12.7 mm – 10 mm : sujet obèse, pléthorique, zones adipeuses, injection dans les fesses

8 mm : sujet de poids normal : bras et cuisses

5 mm – 6 mm : sujet mince, sportif, pédiatrie

Déroulement de l’injection

  • Respect des règles d’hygiène (mains propres – peau propre)
  • Préparation du matériel
  • Visser ou clipper l’aiguille (pour stylo)
  • Purger et sélectionner la dose en fonction du protocole prescrit
  • Réaliser l’injection sous-cutanée avec ou sans pli
  • Compter jusqu’à 10 à la fin de l’injection afin d’éviter les fuites d’insuline
  • Retirer délicatement l’aiguille
  • Éliminer l’aiguille dans un container à aiguilles
  • Noter la dose d’insuline sur le carnet de surveillance

Les sites d’injection

  • Éléments essentiels de la qualité du contrôle glycémique
  • Du plus rapide au plus lent : Abdomen ⇒ épaule ⇒ fesse ⇒ cuisse 

Points importants

  • Remettre en suspension les insulines laiteuses
  • Connaître et varier les différents sites d’injection
  • Espacer les points d’injection
  • Changer l’aiguille à chaque injection

Conservation de l’insuline

  • Le stock d’insuline se conserve au réfrigérateur entre 2 et 8°C.
  • Le flacon ou stylo entamé se conserve à température ambiante.
  • Un flacon ou stylo entamé se conserve au maximum 4 semaines
  • Sortir l’insuline 1 h avant l’injection

Adaptation des doses

Basée sur l’auto-surveillance glycémique

Adaptation des doses sur délégation du médecin

Nécessité de : 

  • Avoir l’ordonnance avec un protocole détaillé
  • Connaître l’objectif glycémique du patient
  • Remplir le carnet d’auto-surveillance

 

Les pompes à insuline

Pompe à insuline externe

  • Principe d’administration : Reproduction de la sécrétion physiologique d’insuline.
  • Usage en continu
  • Débit de base : délivrée en permanence en U/H
  • Débit rapide ou bolus : avant les repas ou à d’autres moments
  • Sécurité d’emploi : alarmes adaptées à diverses situations (occlusion, batterie…)

Avantages de la pompe à insuline externe

  • Action plus physiologique
  • Meilleure équilibre glycémique
  • Diminution des hypoglycémies sévères
  • Meilleure qualité de vie, flexibilité
  • Diminution des besoins en insuline

Complications du traitement par pompe à insuline externe

  • Hypoglycémies
  • Prise de poids
  • Acidocétose
  • Aggravation d’une rétinopathie préexistante : réalisation d’un fond d’œil indispensable avant mise sous pompe et traitement d’une éventuelle rétinopathie.
  • Infections au point d’injection :  réaction allergique (érythème, induration), abcès sous-cutanés

 

Les pompes implantables

Principe

Boîtier implanté chirurgicalement dans l’abdomen (péritoine) sous anesthésie générale ou locale, sous couverture antibiotique.

Insuline délivrée dans la cavité péritonéale via un cathéter.

Télécommande externe

Indications

Diabète très instable malgré traitement injectable optimal, hypoglycémies sévères et récurrentes, altération cutanée.

Avantages

  • Amélioration de l’HbA1c
  • Diminution des hypoglycémies
  • Diminution de la variabilité des profils glycémiques, meilleure contrôle des postprandiales.
  • Amélioration de la qualité de vie

Inconvénients

  • Tolérance au niveau du site d’implantation
  • Agrégabilité importante de l’insuline (obstructions, encapsulations de cathéter, cristallisation de l’insuline)
  • Augmentation du taux d’anticorps anti-insuline

 

L’insulinothérapie fonctionnelle

  • Méthode pédagogique éducative d’adaptation des doses d’insuline
  • Reproduction de la sécrétion physiologique de l’insuline
  • Diabète de type 1

3 piliers

  • Détermination des besoins de base en insuline lors d’un jeûne de 24 heures.
  • Liberté d’horaires et de composition des repas avec calcul des doses d’insuline rapide en fonction des apports glucidiques.
  • Réalisation de contrôles glycémiques pluriquotidiens avec réalisation immédiate si nécessaire d’un correctif thérapeutique.

 

J’espère que ce cours vous a plus ! N’hésitez pas à le partager ou à me laisser un commentaire si vous avez des questions !