Définition

Mise en place d’une sonde endotrachéale par voie buccale ou nasale.

 

Objectifs

  • Assurer la liberté des voies aériennes
  • Ventilation assistée
  • Protection des voies aériennes de l’inhalation des sécrétions digestives (patient inconscient, Glasgow < 7)
  • Aspiration des sécrétions trachéobronchiques

 

Indications

  • Arrêt cardio-respiratoire
  • Glasgow < 7
  • Anesthésie générale
  • Détresse respiratoire aiguë
  • Traumatisme de la face

 

Matériel

Il est de plus en plus à usage unique (UU).

Ventilation manuelle

  • BAVU (= Ballon à valve unidirectionnelle) + masque facial de taille adaptée au patient (adulte, enfant, nourrisson) + raccord source O² >>> ballon.
  • Au bloc opératoire et en réanimation : ballon d’anesthésie (souple) peut être utilisé.

Le respirateur

  • Circuit expiratoire monté stérilement (étiquette traçabilité de stérilisation dans cahier de suivi de traçabilité du respirateur).
  • Respirateur testé selon protocole du service
  • Respirateur branché sur secteur en permanence

Matériel d’aspiration

  • Système d’aspiration monté en permanence et fonctionnel.
  • Sondes d’aspiration de gros calibre au lit du patient.

Plateau d’intubation

Vérifié une fois par jour et réapprovisionné juste après intubation car doit toujours être complet +++

Il comprend :

  • 1 laryngoscope à lumière froide fonctionnel (lumière bien blanche)
  • 1 lame à laryngo courte (n°3) stérilisée + 1 à usage unique
  • 1 lame à laryngo longue (n°4) stérilisée + 1 à usage unique
  • 1 guide souple à usage unique n°12 + 1  n°14
  • 1 pince de Magyll
  • 3 sondes d’intubation n°7/7.5/8
  • 1 sonde d’intubation armée n° 6
  • 1 seringue de 10 ml
  • 1 tube Tronothane (gel)
  • 1 paquet de compresses
  • 1 paire de gants non stériles
  • 1 masque
  • 1 paire de lunettes de protection
  • 1 canule de Guédel
  • 1 valve de PEP
  • 1 rotule
  • 1 rouleau de sparadrap
  • Xylocaine 5% spray + canules à nébulisation

 

Rôle infirmier

L’intubation, réalisée par le médecin, souvent dans un contexte d’urgence, doit être entourée de toutes les précautions de sécurité vis-à-vis du patient. Elle requiert efficacité et rapidité.

Un médecin + 2 IDE ou 1 IDE et 1 AS

Chariot d’urgence à proximité

Avant l’intubation

  • Si patient «alerte», lui expliquer le geste et le rassurer.
  • Monitorage par scope avec fréquence cardiaque + tracé ECG, Pression non invasive (PNI), Saturation en oxygène (SpO²)
  • Vérification ultime du système d’aspiration + monter une sonde sur le stop vide.
  • Brancher le BAVU sur O² (masque monté) (O² = 15L/min, enlever la bouteille d’humidification de l’O², se raccorder directement sur le manomètre).
  • Respirateur testé et pré réglé.
  • Vérification ultime du plateau d’intubation.
  • Vérification de la perméabilité de la voie veineuse.
  • Si besoin, pré remplissage vasculaire sur prescription médicale.
  • Si besoin, préparation de la prémédication/sédation sur prescription médicale.
  • Dégager la tête de lit.
  • Enlever les prothèses dentaires, faire attention aux dents sur pivots.
  • Positionner le patient en décubitus dorsal strict sans oreiller, tête en extension.

Pendant l’intubation

  • Rôle IDE +++ : assister le médecin afin que le geste se réalise rapidement, surveiller variations hémodynamiques et spO² pendant tout le geste.
  • Le médecin pré oxygène le patient par ventilation au masque avec ou sans canule de Guédel.
  • Injection de produit de sédation si besoin.
  • Préparer la sonde d’intubation au calibre demandé en vérifiant l’étanchéité du ballonnet (gonfler avec seringue de 10 ml d’air puis dégonfler) et lubrifier l’extrémité avec gel type Tronothane®.
  • Laryngoscopie + ou – anesthésie locale de la glotte et aspiration bucco pharyngée si besoin.
  • Gonfler le ballonnet.
  • Ventilation au BAVU sur sonde d’intubation.
  • Auscultation des champs pulmonaires par le médecin : doit être symétrique, sinon, repositionnement de la sonde en fonction.
  • Fixation de la sonde (moustache), noter le repère de graduation (en général n°22 commissures labiales).
  • 2ème auscultation
  • Branchement au respirateur, réglages faits par le médecin et relevés sur feuille de surveillance par IDE.
  • 3ème auscultation

Après l’intubation

  • Vérifier / adapter les réglages du respirateur et des alarmes.
  • Vérifier l’adaptation du patient à la machine, si besoin modifier le traitement de sédation sur prescription médicale.
  • Vérifier la pression du ballonnet avec le manomètre.
  • Prélèvement bronchique pour examen bactériologique.
  • Si agitation, attaches poignets sinon risque d’auto-extubation.
  • Noter sur la feuille de soins les paramètres de ventilation, le repère de la sonde.
  • Noter sur le dossier de soins infirmiers, le jour de l’intubation, le calibre de la sonde, la mise en route ou non de la ventilation assistée.
  • Réapprovisionner le plateau d’intubation et signer la check-list de vérification.
  • Décontaminer la lame de laryngoscopie et l’envoyer à la stérilisation.
  • Si besoin, gazo artérielle et/ou radio pulmonaire sur prescription médicale.
  • Pose sonde gastrique et sonde vésicale sur prescription médicale.

 

Surveillance particulière du patient intubé

Clinique

  • Surveillance générale : pouls, TA, SpO², T°
  • Surveillance des téguments : coloration (cyanose ?), chaleur, marbrures, sueurs.
  • Auscultation pulmonaire.
  • Observation auditive : gargouillis ⇒ ballonnet dégonflé.
  • Observation visuelle : soulèvement de la cage thoracique, absence de tirage et de balancement thoraco-abdominal.
  • Repère de la sonde à la commissure des lèvres.
  • Pression du ballonnet.
  • Fixation de la sonde (attention aux escarres).

Paraclinique

  • Gazo artérielle et radio pulmonaires journalières.
  • Prélèvements bronchiques pour bactériologie.
  • Fibroscopie bronchique (pour lever une atélectasie par bouchon, pour lavage broncho-alvéolaire, pour bactériologie)

Soins infirmiers

  • Soins «de base» : Yeux, nez, bouche selon protocole.
  • Aspirations buccopharyngées et trachéobronchiques selon protocole.

 

Complications possibles

Immédiates

  • Intubation difficile
  • Traumatisme dentaire, nasal, pharyngo-laryngé, œdème
  • Bronchospasme, laryngospasme
  • Troubles du rythme, collapsus de reventilation
  • Mauvaise position de la sonde d’intubation (intubation œsophagienne, intubation sélective).
  • Syndrome de Mendelson
  • Luxation cryco- aryténoidienne.

Secondaires

  • Obstruction de la sonde (bouchon muqueux, hernie du ballonnet).
  • Pneumopathie nosocomiale
  • Lésion des cordes vocales, sténose trachéale, trachéomalacie.

Complications de la voie nasotrachéale

  • Lésions de cornets
  • Épistaxis
  • Fausse route avec passage sous muqueux
  • Sinusite


Source : https://www.youtube.com/watch?v=kBtsu3fpGJg

 

J’espère que vous avez trouvé ce contenu intéressant ! N’hésitez pas à le partager ou à me laisser un commentaire !